Articles

POURQUOI GARDER UN ŒIL SUR VOS CONCURRENTS ET SUR VOTRE MARCHÉ ?

Leader, Challenger, Suiveur, Outsider, Sortant, Spécialiste ? Désormais, vous connaissez votre position concurrentielle et avez l’obligation de mettre en place des stratégies soit pour la  maintenir soit pour l’améliorer. La mise en place d’une stratégie ne peut se faire que si vous connaissez les autres acteurs qui interviennent sur les mêmes segments, les mêmes produits que vous et que vous avez la possibilité d’obtenir sur eux des informations au temps voulu, l’information étant une source de pouvoir.
Une analyse de quelque donnée obtenue sur un concurrent quelle que soit sa taille fait ressortir des menaces directes ou indirectes pour le développement de vos affaires. Vous n’êtes pas non plus à l’abri d’un nouvel entrant sur le marché qui proposera les mêmes produits avec un modèle économique similaire ou même différent qui intéresserait plus vos clients. À ce propos, quelle est la richesse de votre base de données CRM ou GRC ? Pensez-vous avoir une maîtrise de votre portefeuille ?

Lire l'article

IDENTIFIEZ VOTRE POSITION CONCURRENTIELLE

La concurrence est inévitable aujourd’hui : observez le nombre d’opérateurs pour les transactions Mobile Money dans nos quartiers et villes, le nombre de centres de transfert d’argent, les acteurs de la téléphonie GSM, les boutiques « Prêt à Porter », le nombre de couturiers, de stylistes…Identifiez vos concurrents à l’entame de votre projet – Définissez la position que vous souhaitez occuper et mettez en place des moyens de vous maintenir sur le marché. Les différentes théories enseignées et expériences vécues nous permettent de retenir six (06) positions concurrentielles qui se déclinent comme suit : Le Leader – Le Challenger – Le Suiveur – L’Outsider – Le Sortant – Le Spécialiste

Lire l'article

VOS CLIENTS NE SONT PAS TOUJOURS CEUX QUE VOUS PENSEZ

Il ressort que votre client est autant celui qui consomme votre produit, celui qui l’achète sans le consommer, celui qui peut vous recommander. Vous avez donc à susciter de la confiance au sein de votre environnement micro que macro. Vous devez y construire une bonne image tant de vous-même que de votre entreprise. À ce titre, vous devez à la phase de création de votre entreprise, déjà convaincre ceux qui vous accompagnent tant dans les formalités administratives, tant pour la réalisation des études de marché, tant pour la rédaction de votre business plan, tant pour la construction des locaux de votre entreprise. Donnez envie de vous accompagner, de vous faire confiance, de vous recommander. Une clientèle ne s’acquiert pas au lancement officiel de votre entreprise. Avant d’être indépendant, vous étiez peut être sous ordres ou apprentis. Donnez envie aujourd’hui à vos contacts de vous solliciter plus tard par la qualité de votre travail, l’image que vous reflétez. Aussi, vos employés constituent aussi un portefeuille client non négligeable. Il arrive de rencontrer des collaborateurs qui ne consomment, ni ne recommandent les produits commercialisés par leur entreprise. Pourquoi alors s’évertue-t-il tous les jours dans votre entreprise.

Lire l'article

LE CIBLAGE : VISEZ LA RENTABILITÉ

Il est primordial de faire ce choix avant de se lancer. Il se basera sans doute sur ses propres goûts, sa personnalité, sur ses objectifs à court, moyen et long terme…mais aussi sur les réalités du secteur, la concurrence. C’est une étude du marché qui se dessine ainsi dans la tête du Promoteur mais très souvent, elle n’est pas matérialisée en données exploitables. Le Promoteur, dans le jargon courant, cherchera ce qui « marchera le plus », c’est-à-dire l’investissement qui sera rentable, parfois même en peu de temps. Cette dernière préoccupation est un condensé de la réflexion stratégique conduisant à définir sa Segmentation (identification des besoins, des profils clients similaires, des produits recherchés…), son Ciblage (choix du ou des segments), et son Positionnement (identification et différenciation des produits).

Lire l'article

VOTRE POSITIONNEMENT VOUS SORT DE L’ANONYMAT

Le positionnement sort votre entreprise, votre marque, votre produit de l’anonymat. C’est la conception d’un produit et de son image dans le but de lui donner une place dans l’esprit des clients visés. Concrètement, il s’agit de définir la place qu’occupera votre opérateur GSM, le supermarché que vous fréquentez, le restaurant où vous avez vos habitudes, la salle de sport où vous faites votre gym, dans votre esprit. En votre sein, vous raisonnerez non seulement en termes de positionnement global de l’entreprise mais aussi le positionnement au niveau d’une marque, d’un produit, d’une offre. Que ce soit au lancement ou en cours de cycle de vie, le positionnement de votre offre vous différencie. Pas de stratégie marketing sans positionnement. Comme vu précédemment dans un de nos articles, il s’avère important de maîtriser certains éléments.

Lire l'article

LA SEGMENTATION : UN PRÉMICE À VOTRE STRATÉGIE

De façon simple, si vous comptez proposer des jus de fruits à la population béninoise par exemple, vous avez comme cible les jeunes et adolescents, les enfants, les adultes, les personnes âgées mais cela ne suffit pas pour avoir votre groupe homogène. Vous devez aller plus loin dans la réflexion pour voir les goûts, les prix, les habitudes de consommation et plein d’autres critères. La segmentation est une démarche qui s’oppose au marketing de masse. Aucune entreprise ne peut s’y déroger aujourd’hui si elle veut survivre.

Lire l'article

VOTRE POSITIONNEMENT DÉTERMINE VOTRE ALTITUDE

Pour une entreprise, il lui revient de se dire simplement : aux yeux de mes concurrents et de mes clients, comment dois-je me présenter ? Sur quels points stratégiques dois-je surfer ? Dans l’univers des offres concurrentes, comment doit-on m’identifier ? Qu’est ce qui me différencie ? Quel est mon avantage concurrentiel ?

Lire l'article

Comment coordonner son équipe ?

La coordination de l’équipe, des collaborateurs, constitue un thème central du pilotage des organisations.
« Influencer », « impulser », « diriger », « orienter », « motiver », « amener son équipe vers l’accomplissement des objectifs identifiés », ce sont là des axes fondamentaux de l’activité du dirigeant. Mais comment faire ?

Lire l'article

RESPECT DE LA PROMESSE CLIENT : UN GAGE DE FIDELISATION

L’adhésion du Client au Produit/Service suppose qu’à la suite d’une étude (aujourd’hui le Client a tous les moyens de comparer les offres), il a renoncé à plusieurs fournisseurs pour n’en retenir qu’un seul, le vôtre. Estimez-vous donc heureux d’en avoir conquis un, qui peut vous en ramener d’autres si vous demeurez dans l’amélioration continue de votre offre.

Lire l'article

LE ONE TO ONE DIGITAL : DES CLÉS DE SUCCÈS DE VOTRE STRATEGIE DE COMMUNICATION AVEC LE CLIENT

« Si chaque transaction qu’un client fait avec vous est meilleure que la précédente et moins bonne que la suivante, vous pouvez être fier. Il vous accordera sa fidélité ». Obtenir un tel résultat suppose le respect que quelques principes non négligeables.

Lire l'article

VOTRE STRATÉGIE ONE TO ONE DIGITALE : UNE MEILLEURE COMMUNICATION AU PROFIT DE LA RENTABILITÉ

S’engager dans le marketing direct, la stratégie One to One, c’est Orienter résolument votre entreprise dans un process de gestion individuelle et personnalisée de la RELATION CLIENT. Ceci est d’ailleurs incontournable aujourd’hui au regard de l’emprise du numérique sur le Marketing. Cette démarche (IDCP) semble se subdiviser en quatre (04) parties à savoir : l’Identification et la Différenciation (déjà abordées), la Communication et la Personnalisation. Un process orienté CLIENT a pour but ultime : faire accroître la Life Time Value (LTV) de chaque client, autrement augmenter la rentabilité de chacun d’eux.

Lire l'article

LE ONE TO ONE DIGITAL : IDENTIFICATION DE VOS CLIENTS

En harmonisant les actions au niveau du Processus et du Personnel de Vente, du Produit, du Prix, des Politiques de Communication et de Distribution (les #6P), notre seul objectif est de satisfaire le Client : la raison d’être d’une entreprise, l’utilisateur final, l’interlocuteur du bout de la chaîne qui soutient l’ensemble des valeurs relationnelles ajoutées atout au long d du circuit de vente.

Lire l'article

LE MARKETING MIX : PASSONS DU 4P AU 6P

Communément connu sous le vocable « 4P », le Plan de Marchéage est encore appelé Marketing Mix. Il est une opérationnalisation de la combinaison harmonisée de stratégies relatives au Produit, au Prix, à la Distribution et à la Communication (Product + Price + Place + Promotion = 4P).

Lire l'article

Les fondamentaux de la stratégie Océan Bleu

Popularisée dans la première décennie des années 2000, par une publication en 2004 dans la Harvard Business Review[i] et un ouvrage[ii] devenu depuis un best seller international, la stratégie Océan Bleu apparait comme une proposition intéressante pour les chefs d’entreprise et entrepreneurs en herbe aujourd’hui.

Lire l'article

Les 5 forces de l’analyse concurrentielle

Le pilotage d’une entreprise contribue à la mise en œuvre avec succès de la stratégie. C’est dans la phase de définition de la stratégie entrepreneuriale que l’analyse concurrentielle revêt toute son importance. En effet, pour réussir de façon pérenne sur un marché, il faut connaitre les différents acteurs et les règles qui interviennent dans le fonctionnement de ce marché.

Lire l'article

L’expert comptable, contrôleur de gestion de la PME !

Dans la présente contribution, nous affirmons qu’avec le rôle de plus en plus important de l’expert comptable dans la mise en place d’outils de contrôle de gestion dans les PME, le déterminisme lié à la taille est de plus en plus remis en cause. Désormais, le contrôle de gestion est potentiellement accessible à toutes les entreprises.

Lire l'article

La comptabilité de gestion et l’économie numérique

Tous les jours, nous utilisons « gratuitement » des outils et consommons des prestations sans imaginer un seul instant qu’elles ont un coût et devraient être payantes. Avec l’explosion de la web economy, la gratuité est devenue un des fondements de l’activité économique des entreprises les plus puissantes du secteur (Google, Facebook, Amazon, Apple…). Cette économie numérique basée sur la gratuité décrite par Chris Anderson[i] remet en cause certaines finalités classiques de la comptabilité de gestion, et met au cœur de la comptabilité et contrôle de gestion de nouveaux enjeux managériaux.

Lire l'article

Demain : quel profil pour être directeur financier ?

Dans un environnement économique en profonde mutation, marqué par les phénomènes de globalisation et de digitalisation, toutes les professions comptables et financières semblent impactées. Celle très prestigieuse de directeur financier (CFO pour les anglo-saxons) n’est pas épargnée.

Lire l'article

La formation au contrôle de gestion à l’international

Avec l’annonce récente (i) du renforcement du partenariat entre l’AICPA (ordre américain des experts comptables) et la CIMA (ordre britannique des contrôleurs de gestion), on s’oriente progressivement vers l’émergence de deux marques mondiales en matière de formation au contrôle de gestion : la marque IMA/Certified Management Accountant (ordre américain des contrôleurs de gestion) et la marque AICPA-CIMA/Chartered Global Management Accountant.

Lire l'article

Quelle est l’utilité du budget ?

Le budget est sans doute l’outil emblématique du contrôle de gestion, selon son approche étroite. De temps en temps, il est soumis à de violentes critiques et des appels à son abandon sont émis. Pourtant, qu’il s’agisse de management public ou privé, le budget et le contrôle budgétaire restent omniprésents.

Lire l'article

Le Lean Management pour les nuls

En considérant le contrôle de gestion dans son approche large, le Lean Management (littéralement management maigre) apparait sans doute comme un des outils marquants du contrôle de gestion aujourd’hui. Vivement critiqué par certains pour ces effets néfastes sur la santé au travail (enquête Special Investigation sur le lean ), largement plébiscité par d’autres comme outil indispensable du management moderne (Lean Enterprise Institute ), que recouvre concrètement cette notion de « Lean Management » ?

Lire l'article

Les contrôleurs de gestion et le développement durable

Avec les débats autour du développement durable se pose avec insistance la question de la contribution des organisations et de leurs acteurs à la sauvegarde de la planète. Dès lors, on peut aussi s’interroger sur la contribution des contrôleurs de gestion à la sauvegarde de la planète.

Lire l'article

Le management de la responsabilité sociétale 

Selon Boisvert et Vivien (i) , « Lancée depuis le début des années quatre-vingt, la notion de développement durable a connu un succès qui ne s’est pas démenti depuis ». Au niveau des organisations, la problématique du développement durable est traitée via la notion de « responsabilité sociale ou sociétale des entreprises et organisations».

Lire l'article

La décentralisation au cœur du contrôle de gestion

Le contrôle de gestion, tel qu’il a été formalisé dans les années 1960, est fondamentalement associé à la philosophie organisationnelle de la décentralisation, présentée entre autres par Cordiner (1956) (1). L’enjeu est de préserver les avantages de la grande entreprise, tout en bénéficiant des éléments qui ont fait le succès du libéralisme économique (liberté d’action, concurrence interne, stimulation par le profit).

Lire l'article