Vous êtes sur le point de vous lancer dans un projet de création d’entreprise. Belle ambition! Dans cet article, nous présentons quelques idées fausses dont il faut absolument vous libérer pour vous lancer résolument dans la concrétisation de votre projet. 

Premier mythe: L’entrepreneur doit être visionnaire

Dans le cadre d’un projet de création d’entreprise, il est important de bien connaitre l’environnement économique et le marché (les consommateurs/ clients) sur lequel on souhaite se positionner. En effet la satisfaction du consommateur / client est un facteur déterminant dans la réussite du projet. Cependant il n’est absolument pas fondamental d’avoir une idée révolutionnaire. De nombreux séminaires d’accompagnement à la création d’entreprise commencent souvent par une session d’idéation (recherche et validation de l’idée fondamentale à la base de l’entreprise).

Ne nous trompons pas d’objectif, la finalité de la recherche d’idée n’est pas de trouver une « idée révolutionnaire ». La finalité c’est d’identifier un besoin qui n’est pas ou qui est mal satisfait par le marché. D’où la nécessité de bien connaitre le contexte, l’état de la demande, les acteurs du marché, les difficultés du marché, les sources d’opportunités sur ce marché.

Prenons deux exemples d’entrepreneurs à succès:

  • Sam Walton, célèbre entrepreneur américain et fondateur du géant de la distribution Walmart a débuté avec une quicaillerie dans l’Arkansas (rien de révolutionnaire!)
  • Fomba Trawally, entrepreneur libérian, fondateur de la première entreprise de fabrication de papier toilette au Libéria a commencé comme vendeur de chaussures en Caoutchouc

Concernant ce point, retenons ceci: il n’est pas nécessaire d’avoir une idée révolutionnaire pour se lancer en entrepreneuriat. Ce qui est nécessaire c’est passer à l’action et d’affiner l’idée au fur et à mesure.

Deuxième mythe: il faut aimer le risque pour entreprendre

Bien vrai, l’entrepreneuriat est une activité risquée puisque l’entrepreneur prend le risque de perdre son investissement si ses choix ne sont pas payant. Mais cela ne signifie pas qu’il faut avoir le goût du risque pour entreprendre. Aucune étude scientique n’a pu démontrer ce point. Au contraire, les observations montrent que les entrepreneurs fonctionnent avec une notion de « risque acceptable ». L’entrepreneur définit le niveau de la perte qu’il est prêt à assumer dans le cadre de son projet entrepreneurial.

Vous n’avez pas le goût du risque mais vous voulez concrétiser votre projet d’entreprise. Parfait! Définissez votre perte acceptable et foncez!

Troisième mythe: l’entrepreneur doit être expert en prévision

Là on touche à un point sensible de tous les processus d’accompagnement entrepreneurial : « pour entreprendre il faut faire un bon business plan« .

Le business plan est un formidable outil permettant au créateur d’avoir une idée claire de ses objectifs, des paramètres du marché, de sa proposition de valeur et de ses premières projections financières. Cependant, avoir des compétences en business plan ou en prévision n’est absolument pas indispensable pour réussir un projet entrepreneurial.

Regardons autour de nous, nous avons tous des exemples d’entrepreneurs à succès qui se sont lancés sans un travail prévisionnel approfondi.

L’entrepreneur ne cherche pas à prédire l’avenir mais à le construire. L’entrepreneur développe un état d’esprit vigilant. Il est à l’affût des changements de l’environnement et des implications possibles sur son projet.

Quatrième mythe: l’entrepreneur est un super-héros qui réussit seul

Il faut se libérer du mythe du super-héros ou du self-made man/woman pour se lancer dans un projet entrepreneurial. En effet, dans un environnement économique de plus en plus complexe, le porteur de projet ne peut porter toutes les dimensions du projet.

Nul besoin d’avoir des capacités intellectuelles hors normes. Le challenge ici est de bien identifier les compétences dont on a besoin et s’entourer en conséquence (intégrer un réseau, faire appel à des consultants, des sous-traitants, recruter des associés, des employés…).

Un entrepreneur peut démarrer son projet seul mais il ne le restera pas longtemps.  Il agit et développe son projet au sein d’un réseau qu’il constitue (associés, employés, clients, fournisseurs, partenaires, etc…). 

Vous êtes sur le point de vous lancer ou vous venez de vous lancer, alors qui sont les membres de votre réseau?

Chez Pilotagedentreprise, nos partenaires vous accompagnent à chaque phase de votre projet entrepreneurial. Vous souhaitez échanger sur le sujet: contactez-nous!

Sèna JOHN AHYEE

Sèna JOHN AHYEE

Sèna est Docteur en Sciences de Gestion de l'Université de Montpellier et consultant en pilotage d'entreprise.

Il enseigne depuis une dizaine d'années la comptabilité, le contrôle de gestion, le management, la RSE à l'Université et dans de nombreuses écoles de Commerce. Il  réalise des études économiques et accompagne les entrepreneurs et chefs d'entreprise dans la mise en place de systèmes de pilotage.

Consultez sa biographie détaillée et toutes ses publications sur senajohnahyee.com

Vous pouvez joindre Sèna en envoyant un message à : contact@pilotagedentreprise.com

%d blogueurs aiment cette page :