Comment élaborer un budget de trésorerie ?

Comment élaborer un budget de trésorerie ?

La trésorerie est un indicateur clé de l’état de santé d’une entreprise.

Quand elle est positive (y a encore des sous) cela indique que l’entreprise dispose d’un potentiel pour le développement de son activité. Quand elle est négative (y a plus de sous) cela signifie que l’entreprise doit trouver du financement sans quoi c’est la fin de l’aventure.

Le budget de trésorerie est un outil incontournable pour le suivi et l’analyse prévisionnelle de cet indicateur.

Il est un cas d’application du concept de budget et permet d’avoir une représentation prévisionnelle de la situation de la trésorerie sur la période d’analyse. Si l’analyse de la trésorerie est journalière, grâce au budget de trésorerie, on peut au début du mois connaitre l’état prévisionnel de la trésorerie pour chaque jour du mois et anticiper les éventuelles difficultés de trésorerie.

Grâce à ce budget, on peut anticiper les périodes de déficit en trésorerie et prendre des mesures adéquates.

Pour élaborer un budget de trésorerie, il faut se poser 3 questions :

  • Quels seront mes décaissements de la période ?
  • Quels seront mes encaissements de la période ?
  • Quelle est la situation de ma trésorerie au début de la période d’analyse ?

En effet, le budget de trésorerie permet, grâce à ces trois paramètres, de déterminer la situation de la trésorerie à la fin de la période d’analyse.

Les décaissements de trésorerie

Les décaissements représentent les sorties de trésorerie, les paiements. On parle de décaissements d’exploitation ou courant et de décaissements hors exploitation ou exceptionnels.

Les décaissements d’exploitation concernent l’activité habituelle de l’entreprise. Il s’agit des salaires, des achats de marchandise et matières premières (stock), des charges de prestataires, des loyers, les frais d’électricité/téléphone/internet/entretien, des taxes et charges sociales à payer…

Les décaissements hors exploitation sont des paiements exceptionnels. Il s’agit par exemple d’achat de machines ou équipements, de biens immobiliers, de travaux. Ce sont des décaissements ponctuels liés à des opérations d’investissement ou de financement (remboursement d’emprunt par exemple).

Les encaissements de trésorerie

Ils représentent les entrées de trésorerie. On parle aussi d’encaissements d’exploitation ou hors exploitation.

Les encaissements d’exploitation concernent les entrées de trésorerie liées aux ventes ou aux prestations de service. Il s’agit d’un excellent indicateur de la santé de l’entreprise. Si l’activité se développe et que les clients paient régulièrement c’est que tout se déroule bien.

Les encaissements hors exploitation sont des entrées de trésorerie ponctuelles qui ne sont pas relatives à l’activité habituelle de l’entreprise. Ils peuvent concerner des opérations d’investissement (vente d’équipement ou de biens immobilier), des opérations de financement (augmentation du capital, apport en compte courant, emprunts…).

Une fois les encaissements et décaissements périodiques identifiés, il suffit juste de rajouter la trésorerie en début de période pour obtenir un solde de trésorerie à la fin de la période.

La formule appliquée est :

trésorerie finale = trésorerie initiale + total encaissements – total décaissements

Au final, un exemple simple de budget de trésorerie pourrait se présenter comme suit :

ElémentsP 1P 2P 3P 4
Chiffre d’affaires010002000500
Emprunt2000000
Apport en compte courant3000000
Total des encaissements (1)500010002000500
Achats de marchandises3000015000
Loyers500500500500
Abonnements téléphone et internet150150150150
Taxes à payer00166333
Total des décaissements (2)36506502316983
Variation de trésorerie (total encaissements-décaissements)1350350-316-483
Solde Initial0135017001384
Solde Final135017001384901

On le voit dans notre petit exemple, l’évolution du solde de trésorerie dépend fortement de la qualité des encaissements d’exploitation. Si ceux-ci ne sont pas suffisants (début d’activité, difficultés commerciales, problèmes d’approvisionnement…) il faut donc anticiper la recherche de financements afin de maintenir l’activité. Cela peut passer entre autres par :

  • des levées de fonds auprès de financeurs (emprunts, entrée d’actionnaires…)
  • une augmentation des apports personnels
  • la négociation de lignes de découvert auprès des banques
  • la négociation des délais de paiement fournisseurs

Comme le disait souvent un éminent professeur en gestion, la situation d’une entreprise se résume bien souvent à la question « y a-t-il encore des sous dans la caisse? »

Le budget de trésorerie est parfait pour vous aider à anticiper les réponses à cette question fondamentale.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :