Les fondamentaux de la stratégie Océan Bleu

Les fondamentaux de la stratégie Océan Bleu

Popularisée dans la première décennie des années 2000, par une publication en 2004 dans la Harvard Business Review[i] et un ouvrage[ii] devenu depuis un best seller international, la stratégie Océan Bleu apparait comme une proposition intéressante pour les chefs d’entreprise et entrepreneurs en herbe aujourd’hui.

Que nous disent les auteurs de cette approche stratégique ?

Tout d’abord ils mettent en opposition deux types de marché : l’océan rouge (rouge de la bataille) et l’océan bleu (calme et paisible).

L’océan rouge, c’est un marché sur lequel il y a déjà beaucoup de concurrence, ce qui limite les possibilités de réussite du projet entrepreneurial. Sur ce marché, l’objectif est de battre les concurrents par un meilleur rapport qualité/prix en mettant en œuvre une stratégie de différenciation ou de domination par les coûts. L’activité économique sur un tel marché est épuisante du fait des efforts à fournir pour capter et fidéliser la clientèle, tout en optimisant continuellement le processus de production.

L’océan bleu, c’est un marché vierge, créé pour satisfaire de manière originale un besoin nouveau ou préexistant. Sur ce marché il n’y a pas de concurrence puisqu’une telle prestation ou un tel produit n’existait pas. Il s’agit d’un marché plus prospère qui permet d’éviter l’affrontement direct avec les concurrents.

Ainsi la stratégie océan bleu consiste à sortir de la concurrence traditionnelle (stratégie océan rouge), par la création d’un espace commercial vierge. A travers cette stratégie, l’entrepreneur ne cherche pas à suivre le tempo de la concurrence, il crée son propre tempo et invite les consommateurs à la dance. Elle ne résulte pas nécessairement d’une innovation technologique. Elle résulte surtout d’un changement dans la façon de faire, de satisfaire un besoin, de répondre à une demande. Les auteurs parlent de Value Innovation, qu’on pourrait traduire par « innovation valorisée par le consommateur ».

On comprend tout de suite le succès d’un tel discours stratégique. Il répond à une aspiration profonde de tout entrepreneur, être le premier sur un marché afin de créer un monopole de fait.

Océan rouge VS Océan bleu

Les étapes proposées pour la conception d’une stratégie océan bleu sont :

Redéfinir les frontières du marché 

Pour identifier l’océan bleu, il faut analyser l’océan rouge (marché existant) et déterminer ce qu’on peut ignorer, minimiser, revisiter, développer (approche ERAC : Exclure, Renforcer, Atténuer, Créer).

Se poser les questions de fond

Dans le cadre de l’analyse de l’océan rouge, il faut se demander ce qu’attendent fondamentalement les clients et en déduire les bases du nouveau modèle économique.

Viser au-delà de la demande existante

L’objectif étant de créer un nouveau marché, il faut que la proposition séduise les non-clients

Réussir la formulation de la stratégie

Cela implique de répondre entre autres aux points suivants : quels sont les points forts de ma proposition ? ma stratégie de prix est-elle satisfaisante ? mon coût de production est-il optimisé ?

Une fois la stratégie définie, il faut la mettre en oeuvre. Pour cela deux points sont importants : être persévérant et trouver les leviers pour embarquer votre équipe dans cette nouvelle aventure stratégique.

Voilà ! A vous le succès par la création de votre Océan bleu…

Plus facile à dire qu’à faire, me direz-vous avec raison.

La stratégie Océan bleu valorise la prise de risques. Qui dit risque, dit aussi « risque d’échec ». Seul celui qui ne tente pas n’échoue pas. Et c’est là, semble-t-il, l’une des idées les plus intéressantes de cette approche. Il ne s’agit pas d’une idée nouvelle, ni révolutionnaire. C’est l’idée que dans une économie de marché, l’entrepreneur doit sans cesse identifier et répondre aux aspirations changeantes de ses contemporains. C’est une constante de la pensée en stratégie.

Pour le reste, il n’y a pas de formule 100% gagnante, à chacun de prendre son risque. Bon vent !


[i] W Chan Kim, Renée Mauborgne, Blue Ocean Strategy, Harvard Business Review, October 2004

[ii] W Chan Kim, Renée Mauborgne, Stratégie Océan Bleu, Harvard Business School Press 2005

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :